Partagez | 
 

 Elena Markova - La Dame Noire [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Vampire
Messages : 14
MessageSujet: Elena Markova - La Dame Noire [Terminé]   Dim 22 Oct - 15:29

img

Elena Markova

“Listen to them, the children of the night. What music they make!”

― Bram Stoker
avatar
Identité

Les Bases
+ Nom : Marokva
+ Prénom : Elena Zia
+ Date de naissance : dans le courant de l'année 256
+ Date du décès : dans le courant de l'année 281
+ Lieu de naissance : Dacie
+ Lieu de résidence :  Londres
L'Obscuritas

+ Signature magique : Elena a toujours possédée une grande affinité avec les chauves-souris et les autres créatures de la nuit qui impacte son utilisation de l’obscuritas. En effet, lorsqu’elle utilise de manière intensive sa magie, elle devient une sorte de flambeau pour ces créatures qui se mettent à pulluler dans les environs, principalement les chauves-souris et les rats. Bien sûr, s’il s’agit d’une utilisation ponctuelle, de tels rassemblements ont tendance à disparaître aussitôt fermés, les animaux revenant à leur instinct dès qu’Elena cesse d’utiliser activement ses pouvoirs. Par contre, quand elle utilise avec insistance ses capacités de fascination, l’iris de ses yeux a tendance à devenir dorée et à luire tandis que sa pupille devient un puits de ténèbres.
Signes Particuliers
Comme n’importe quel vampire digne de ce nom, Elena possède une peau anormalement pâle qui pourrait la faire ressortir du lot. Son aura vampirique toutefois fait que les gens s’attardent peu sur ce détail, la contemplant généralement dans toute sa splendeur. Sa démarche est celle d’un prédateur en puissance et sa féminité est palpable alors même qu’elle opte de temps à autre pour des vêtements androgynes. Il n’y a pas là le moindre conflit vis-à-vis de son identité sexuelle, les siècles l’ont simplement amené à un certain pragmatisme. De la même façon, elle a troqué les robes bouffantes de son époque pour des habits généralement plus sobres et elle s’habille volontiers de noir. Ses vêtements soulignent bien généralement sa silhouette et elle laisse de temps à autre ses cheveux tomber impudiquement sur ses épaules. Une attitude qui pourrait offusquer la lady ou le gentleman moyen, si Elena croisait leur chemin en pleine journée, ce qui n’arrive jamais.  Son visage semble bien souvent figé dans la même expression légèrement amusée ou bien au contraire, parfaitement glacial. Peu expressive, c’est comme si elle avait oublié avec le temps quelles étaient les émotions humaines et comment les dépeindre sur son visage. Bien souvent, elle laisse donc sa beauté, rehaussée de ses charmes vampiriques et d’outre-tombe distraire les hommes et les femmes qui croisent son chemin.
Informations Complémentaires
Elena a tendance à considérer que ses vargheist de compagnie font partie de sa cour, ce qui n’est pas au goût de tout le monde. Mais il ne s’agit que d’un détail étant donné que cette dernière est essentiellement constituée d’humains qui ont attiré l’attention d’Elena. On y trouve notamment des naturalistes possédant des collections privées et cabinets de curiosités qu’ils étoffent dans l’espoir de plaire à leur maîtresse, mais aussi des jeunes femmes qui ont attiré l’attention de la vampire par leur beauté. Deux nosferatus toutes récentes, des femmes, ont été engendrées par cette dernière récemment et font partie de sa cour. Elles se nourrissent au sein des bordels que possède leur aînée, affinant peu à peu leurs capacités. Pour le moment, la vampire ne possède pas de nécromancien attitré, n’ayant qu’un intérêt limité actuellement pour les goules et zombies qu’elle juge hautement inférieurs à la plus pitoyable des alpyres. Par contre, elle est particulièrement fière de certains individus à l’âme noire dont elle s’est entichée. Parmi eux se trouve un taxidermiste capable de créer des monstruosités, un boucher particulièrement doué pour trouver des sources de viande alternative pour son échoppe et qui fabrique des boudins noirs (dont la source de sang n’est clairement pas porcine) très appréciés d’Elena ou encore une empoisonneuse spécialisée dans l’utilisation d’araignées exotiques. Tous ces individus ne vivent pas dans l’abbaye d’Elena, mais s’y rendent régulièrement pour rendre hommage à la vampire et répondront instantanément à son appel.  

Biographie

icon
CARACTÈRE DE VOTRE PERSONNAGE ▬ Elena est une collectionneuse. C’est probablement le trait de sa personnalité le plus prédominant, mais au lieu de s’intéresser aux timbres ou aux services en personnel, elle collectionne les êtres d’exception. Il peut s’agir d’humains possédant un potentiel ou un talent caché, ou bien plus généralement d’animaux rarissimes et dangereux et de monstruosités vampiriques venus des confins du monde. Pour ce qui est des premiers, il ne faut pas se méprendre, Elena n’a pas de réelle considération pour les sangs chauds. Au contraire, elle les considère comme des animaux de compagnie, un cheptel sur lequel elle veille car la vie de ses semblables et d’elle-même en dépend. De ce fait, elle possède une approche assez paternaliste de la chose et n’est pas du genre à massacrer impunément ceux qui l’entourent. Tuer un humain simplement parce qu’il a échoué n’est pas dans sa nature, tant que ce dernier a fait tout son possible. Bien sûr, il vaut mieux pour cet individu de s’en tenir à un seul et unique échec. De la même façon, elle n’a qu’une piètre considération des règles de la société actuelle et ne se prête à ces dernières que quand elle le désire et qu’elle y trouve un intérêt. La répartition des gens selon des grades sociaux n’a que peu d’importance. Elle est la vampire et elle seule peut déterminer la valeur de quelqu’un. C’est pour cela qu’elle n’a aucun mal à accepter des érudits autant que des filles de petite vertu à sa cour. S’ils sont là c’est qu’ils ont quelque chose de spécial et personne ne se doit mettre en doute ses goûts vis-à-vis de sa collection.

Bien sûr, si les humains sont une nécessité dans son entourage, sa véritable affection va à ses semblables, nosferatus, mais aussi aux vampires inférieurs et à des créatures plus exotiques. Elle se décrit elle-même comme une femme de sciences et une naturaliste qui au lieu de s’intéresser à la description d’animaux, bien qu’elle s’y soit adonnée, excelle dans la classification et l’étude des vampires qui prolifèrent à la surface du monde. Elle mêle de manière adroite généalogie et phylogénie et n’hésite pas pour se faire à s’entourer d’humains aux esprits brillants. D’ailleurs, elle finance par ses activités plusieurs chercheurs et collectionneurs privés. Elle tient à ce que les portes du muséum d’histoire naturelle ne lui soient jamais fermées et ce même au cœur de la nuit. Après tout, du fait de son grand âge, elle se considère comme la personne la plus adepte à parler véritablement d’histoire.

Il ne faut pas se leurrer toutefois. Malgré ses airs de grande dame, d’érudite et de matriarche des petites gens, Elena reste une vampire et il sommeille en elle une bête assoiffée de sang. Ceux qui croient qu’elle effectue des recherches sur les espèces de vampire à la recherche d’un remède contre sa soif font une terrible erreur. Elena chérit cette part sombre de son être, car c’est celle qui la relie au monde de la nuit et montre à quel point elle est supérieure aux hommes. C’est une louve parmi les agneaux et il arrive qu’elle décide de se délecter de manière irraisonnée de son troupeau. L’époque où elle organisait des soirées sanguinolentes est révolue, mais il arrive par moment qu’Elena souhaite se rappeler le passé et s’arrange pour qu’un massacre derrière portes closes s’accomplisse en compagnie de sa cour et voir même d’autres nosferatus. Mais ce que tous ignorent, c’est qu’il lui arrive aussi de laisser la bête prendre le contrôle de manière bien plus ostentatoire. Alors il lui arrive complètement nue de courir dans les bois d’Angleterre à la recherche d’une âme égarée ou de hanter des cryptes aux côtés de ses alpyres et vargheist. Une fois rassasiée, elle replace son masque de civilisation et est prête à nouveau à marcher parmi les hommes, sans jamais vraiment fouler la même fange qu’eux.
icon
HISTOIRE ▬La vie humaine d’Elena mérite à peine d’être racontée. Tous ceux qu’elle a connu ou presque furent happés par la marche du temps et leurs noms ont depuis longtemps été oubliés. Seule elle s’est extirpée de la fange rurale dans laquelle elle est née, alors que rien ne semblait l’y prédestiner. Son père n’était qu’un fermier parmi tant d’autres, extirpant sa pitance d’une terre ingrate au milieu des monts menaçants et des forêts denses des balkans. Elena elle-même n’était finalement qu’une anonyme, son propre prénom était à peine prononcé, ses parents, ses frères et ses sœurs se contentant de l’interpeler. Elle aurait pu rester anonyme toute sa vie dans le foyer familiale. Son existence venait se résumer au village local. De temps à autre elle entendait parler de communautés semblables sous la forme d’un voyageur, mais tout cela restait flou. L’amoncellement de hameaux local aurait très bien pu être anonyme lui aussi et la notion de pays n’était pour elle que quelque chose de vague et d’incompréhensible. Elle vivait presque au jour le jour, s’adonnant aux mêmes tâches que sa mère, ses tantes et ses sœurs.

Sûrement était-elle plus jolie que la moyenne, même si la crasse accumulée devait empêcher de le réaliser. Peut-être était-elle vaguement plus intelligente, mais elle restait une paysanne qui ne saurait jamais lire ou écrire. La seule particularité d’Elena était peut-être sa propension à rester éveillée la nuit, à voir le sommeil la fuir. Il n’était pas rare qu’elle plonge son regard dans l’obscurité des bois alentours et y discerne les contours d’un animal sauvage, de chauves-souris et de papillons de nuit. Alors elle tissait une relation intime avec ces créatures invisibles, pendant un instant, elle était seule au monde et avait quelque chose qui n’appartenait qu’à elle.

Lorsqu’elle eut ses premiers saignements, sa vie commença à changer et à s’agiter. La plupart de ses sœurs plus âgées avaient déjà quitté le foyer familial et elle savait ce qui l’attendait. Des jeunes gens commençaient à venir voir son père et à l’appeler par son prénom. Finalement elle venait d’être baptisée au moment où elle allait être vendue comme du bétail. Stoïque et bien loin de remettre en cause la norme, Elena n’aurait jamais cherché à se rebeller et ne le fit finalement jamais. La recherche d’un mari idéal fut tout simplement interrompue par une attaque sur le village. Des assauts de brigands n’étaient pas rares dans un paysage montagneux comme le leur. Mais il s’agissait là de quelque chose de différent. Un hiver rude avait frappé l’Europe et poussé des peuplades barbares du nord à redescendre vers les rives de la Méditerranée. Le village où habitait Elena et les siens se trouvait tout simplement sur leur passage.

Les hommes venus du nord brûlèrent les maisons de boue et de paille, chassèrent les gens comme s’ils n’étaient que des animaux. Ils se débarrassèrent de tous les hommes et réduisirent les femmes en esclavage. Elena faisait partie de celles-ci. Son innocence lui avait déjà été arrachée à plusieurs reprises lors de la nuit et elle avait commencé à ressentir une émotion qui lui était presque étrangère, bien différente de son stoïcisme de son paysanne : la rage. Sa libération vint sous la forme de bêtes monstrueuses, des créatures difformes qui déferlèrent sur le village. Les envahisseurs étaient enivrés et rassasiés, ils n’offrirent aucune résistance. Au plus grand désespoir d’Elena, les créatures ne semblaient pas faire de distinction entre les prisonniers et les barbares. Pourtant elles l’épargnèrent et le maître des créatures fit son apparition. Il lui rappela s’appeler Vezina et il l’avait observée toute sa vie, alors qu’elle n’était qu’une enfant rampant à quatre pattes jusqu’à ce jour où on l’avait violée. Sûrement aurait-il continué à faire de même, si les barbares n’avaient pas menacé de l’emmener loin d’ici. Car elle avait été sa distraction et à présent il l’invitait à rejoindre sa cour. Vezina vivait en Dacie bien avant qu’elle ne devienne une province romaine et bien avant que Rome ne l’abandonne. Sa cour se tenait au cœur des bois, dans un réseau de souterrains qui formait un tertre. Là, lui et ses serviteurs, des chasseurs et sorcières, vivaient au milieu de guerriers déchus des celtes. Elena n’était que la dernière à les rejoindre. La vie de Vezina était somme toute assez simple pour un nosferatu. Les parties les plus reculées de son repaire étaient hantées par des alpyres et des vargheist qu’il contrôlait et utilisait pour éloigner ceux qui ne faisaient pas partie de son entourage. Autrefois il avait joué avec la politique des hommes mais s’en était lassé, s’abîmant dans la contemplation des forêts et montagnes une fois la nuit tombée. Puis il avait repéré Elena et un potentiel qui l’avait séduit, un peu comme un enfant braque son regard sur une fourmi et décide d’en faire son jouet, de contrôler sa vie sans qu’elle ne s’en rende compte. Ainsi, au cours des seize dernières années, Vezina s’était assuré que la famille d’Elena survive à la maladie, aux incursions barbares et aux bêtes sauvages. Par simple caprice.

Elena ne lui en voulut en rien. Certes sa vie ne lui avait jamais appartenue, mais elle n’avait jamais supposé que c’était le cas. Son existence avait toujours été entre les mains de son père, de sa famille et de ses dieux. Finalement, le vampire lui avait permis d’échapper à un triste sort. Elena devint princesse sous le tertre dans les années qui suivirent. Continuant sa petite expérience qui consistait à permettre à la paysanne d’atteindre son plus haut potentiel, il lui apprit à lire et à écrire le latin. Si aucun des membres de sa cour dégénérée n’était lettré, lui-même avait par le passé côtoyé nombre érudits. Parfois, le statut privilégié d’Elena attirait les jalousies d’autres membres de la cour, mais Vezina la présentait comme sa favorite et n’avait cure des sentiments de ses serviteurs. Car ils partageaient quelque chose d’étrange, une sorte de fascination réciproque pour le royaume de la nuit. Jamais de son vivant Elena ne s’était sentie aussi bien qu’une fois le soleil couché et elle observait les alpyres et les vargheist avec une affection à peine dissimulée.

Vezina comptait envoyer Elena en ville, une fois qu’il l’aurait proprement éduquée pour voir ce qu’elle ferait de son existence. Mais lorsqu’elle fut victime d’une pneumonie, il dû se résoudre à lui offrir le baiser de la nuit. Elena s’était mise en danger elle-même, favorisant les risques de contraction de maladie pour que son maître la transforme et qu’elle reste à ses côtés. Si Vezina s’en rendit compte, il n’en révéla jamais rien. Les serviteurs du vampire portèrent son corps exangu, si ce n’était pour le filet carmin au coin de ses lèvres dans les profondeurs du tertre. Elle n’avait pas besoin d’objets pour l’accompagner dans sa vie dans l’au-delà car elle reviendrait parmi les vivants, d’une façon ou d’une autre. Elena s’était préparée à ce passage, Vezina lui avait raconté ce qui allait arriver. Elle connaissait les risques mais avait surtout conscience de son désir de revenir auprès de son bienfaiteur.  Il l’avait extirpée de sa vie morne et par bien des aspects, lui avait donné une véritable identité.

La semaine qu’elle passa sous terre n’en fut pas moins difficile. Chaque instant fut une torture alors que consciente elle apprenait à se passer de l’air, à entendre le bruissement des vers qui se faufilaient non loin de là. Puis finalement elle fut autre chose, une créature non-morte et la soif qui commanderait son existence s’installa à travers chaque fibre de son être. Elena rampa jusqu’à la surface et fut accueillie par Vezina et de quoi se sustenter. Il veilla à ce qu’elle ne sombre pas dans une déviance sanglante et la materna comme cela ne fut jamais le cas.

Ils vécurent sous le tertre pendant le premier siècle d’existence d’Elena en tant qu’enfant de la nuit. Sa passion pour les créatures laissées pour comptes, celles chassées de la lumière dans les ténèbres ne fit que s’accentuer. Vezina veillait à ce qu’elle se contrôle toutefois et qu’elle exerce ses nouveaux pouvoirs avec parcimonie. Apprécier les formes de vampires inférieurs et en faire des serviteurs était quelque chose d’admirable mais elle était trop jeune, trop inexpérimentée et ne devait pas laisser leur contrée être envahie par les inférieurs sinon ils ne pourraient plus se nourrir. Vezina faisait l’apologie d’un système paternaliste et basé sur la modération. Les humains étaient des êtres faibles individuellement mais il fallait les ménager, s’assurer que leurs communautés grandissent suffisamment pour que les vampires puissent vivre d’eux-mêmes.

Leur vie changea radicalement lorsque les Wisigoths fuirent la Dacie et franchirent le Danube du fait de l’arrivée des huns. Une disette menaça la cour de Vezima et ils se rabattirent rapidement sur les envahisseurs. Elena savoura le sang exotique de ces hommes étranges et conversa longuement avec son créateur sur ce qu’il avait vu du monde et surtout, sur le fait qu’elle désirait en voir plus. Bien que sédentaire de nature, Elena désirait découvrir ses semblables, découvrir les créatures des ténèbres. Voyant que ce qu’il avait construit en Dacie était menacé et désirant probablement accéder aux caprices de la jeune vampire par pur amusement, Vezima accepta. Ils organisèrent une fête où ils burent le sang des membres de la cour et allongèrent leurs cadavres aux côtés des anciens celtes. Puis vêtus uniquement de leurs formes de chauves-souris, ils s’envolèrent dans le ciel nocturne en direction de l’orient.

Bien sûr, ils firent d’abord la rencontre de nosferatus qui voyaient d’un mauvais œil ce genre d’incursions sur leur territoire. Mais Vezima était suffisamment âgé pour forcer le respect déjà à cette époque et ils n’étaient que de passage. Le couple de vampire parti à l’est, s’aventurant d’abord au Moyen-Orient, puis plus loin encore. Elena maîtrisant les bases de l’Obscuritas, ils pouvaient se déplacer sous la forme de nuées de chauves-souris. Parfois, ils tombaient sur des villages isolés et laissaient un instant libre cour à leur sauvagerie. Ceux qui découvraient ces charniers accusaient bien souvent la peste ou la famine.

Ils atteignirent rapidement des contrées exotiques et des gens tout aussi étrange. La civilisation occidentale n’était pas loin derrière eux, happant tout sur son passage. Mais pendant un temps, Vezima et Elena étaient deux silhouettes macabres et nues qui dévoraient la nuit tombée quelques insouciants et qui cherchaient des créatures qui leurs ressemblaient par simple curiosité. Les rencontres ne se passèrent d’ailleurs pas toujours de manière idéale. Il y avait les loups-garous qui n’auguraient généralement rien de bon, mais surtout des êtres plus exotiques. Ils rencontrèrent les jiangshis de Chine, les aswangs et penangyllan d’Océanie. Des êtres remarquables qui rejoignirent la cour de Vezima par moment. Le monde occidental les ayant rattrapés alors qu’ils se dirigeaient en Afrique sur la piste des adzes, ils s’inventèrent des identités d’explorateurs. Les dons de fascination de Vezima lui permettaient sans mal d’obtenir l’aide et l’argent de marchands ou nobles locaux. Elena appris à lire et à écrire et réalisa des esquisses de nombreuses créatures nocturnes et impies qu’elle avait pu rencontrer. Son approche était presque scientifique, bien avant l’heure.

Mais leur voyage touchait à sa fin. Une lassitude s’était installée chez Vezima, la même qui l’avait amenée à son tertre par le passé, et il choisit qu’il était temps pour eux, après des siècles de voyage, de retourner dans les Carpathes. Ils s’installèrent dans un château en ruine. Petit à petit, le nosferatu utilisa son influence et ses pouvoirs pour gagner le contrôle de la noblesse locale et s’assurer qu’il aurait de quoi se nourrir. Toutefois, il semblait toujours las. Elena, désirant le satisfaire tout comme il l’avait satisfaite en l’accompagnant explorer le monde, organisa des bals et des fêtes sanglantes pour le distraire. Tout cela fut sans grand succès, Vezima semblait désespérément coupé du monde. Peut-être avait-il tout simplement trop vécu ? Elena fit venir des spécimens d’humains et d’animaux de tous les endroits où ils avaient laissé leur marque, en vain.

Finalement, la vampire se résolue à engendrer ses propres vampires supérieurs. Les premiers furent des échecs lamentables et ce malgré son affection toute particulière pour les alpyres. Elle réussit même à engendrer un varghulff qui hante peut-être toujours aujourd’hui les régions montagneuses de Valachie. Toujours est-il qu’à force d’années d’expérimentation, leur lignée commença à s’agrandir et une cour vampirique prit son essor dans cette partie du monde. Vezima et Elena régnaient sur cette dernière et des serviteurs humains venus du monde entier veillaient au développement de leur petit empire des ténèbres. Nombreux étaient leurs enfants en ténèbres qui allaient hanter d’autres château abandonnés. La populace terrifiée aurait pu se rebeller contre les créatures, mais elle se contentait de faire usage de méthodes de luttes issues du folklore et de son stoïcisme habituel. Plus que jamais, Elena veillait à ce que les principes de Vezima soient appliqués par tous ses semblables et que l’humanité puisse prospérer pour qu’aucun ne souffre de la faim et ne dégénère. Elle était implacable et ceux qui refusaient de se plier à ses règles en subirent le contrecoup.

Malheureusement, cette région du monde finit par être reconnue comme un foyer de vampirisme et le monde des hommes chercha à s’en débarrasser. Lors des croisades, un groupe de paladins et des chasseurs de vampires effectuèrent des raids sur les châteaux abandonnés, les grottes, les cimetières et les tertres, purgeant peu à peu les Carpathes de l’infestation vampirique. Le choc de la destruction de leur famille fut dramatique pour Vezima et Elena et fit naître entre eux une tension palpable. L’aîné semblait en vouloir à sa progéniture d’avoir engendré ces nosferatus et d’avoir par conséquence attiré l’attention des hommes. Leur lignée se retrouvait maintenant n’être plus que l’ombre d’elle-même, réduite à quelques nosferatus éparpillés, nombre d’entre eux n’apprendraient jamais à contrôler l’obscuritas comme ils le devraient. La situation devint tellement insupportable en eux qu’ils décidèrent de suivre des chemins différents. Vezima choisit de revenir à une vie de reclus, habitant des grottes et des tertres comme par le passé tandis qu’Elena se tourna vers le monde des hommes et les merveilles qu’elle pouvait deviner en son sein.


Elena joua les hautes dames de la société pendant les siècles qui suivirent, alors que le temps accomplissait sa marche inexorable et qu’elle observait les hommes sortir lentement de l’obscurantisme. La Renaissance fut probablement son époque favorite et elle la passa principalement en Italie. Là, elle se fit une hôtesse remarquable et fut affublée d’une réputation sulfureuse. En effet, elle entretenait des relations nombreuses avec des amants vivants et morts et organisaient surtout des réceptions sanglantes dans une villa de Venise. Grâce à son influence grandissante elle s’assura que les chasseurs de vampires soient persona non grata à proximité de la ville et elle pu jouir de plusieurs décennies d’existence dans une tranquillité toute relative. Bien sûr, sa nature immortelle l’obligeait régulièrement à se déplacer si elle désirait maintenir une identité publique. Les nobles avaient beau toujours avoir une durée de vie nettement supérieure à la plèbe, elle finirait toujours par attirer l’attention en restant trop longtemps au même endroit.

Elena migra avec une cour constituée d’hommes de sciences, de courtisanes charmantes et de vampires exotiques qui avaient fini par la rejoindre jusqu’à Paris, puis enfin, jusqu’à Londres. Là l’attendais l’un des derniers survivants de sa lignée, Vladimir Giurescu. Créé par ses soins en Valachie des siècles plus tôt, il avait hérité de la même passion pour sa maîtresse pour les sciences naturelles et avait besoin de ses connaissances pour réaliser l’un de ses grands projets. En effet, Vladimir s’intéressait grandement aux travaux de plusieurs scientifiques et médecins et se targuait de pouvoir trouver un moyen de comprendre leur nature et la diversité des espèces de vampires. Mais pour cela il avait besoin des savoirs qu’elle avait accumulée à propos des races exotiques qu’elle avait rencontrée par de là le monde.

Malheureusement, Vladimir fut détruit alors qu’Elena était en route et lorsqu’elle arriva à Londres, il ne s’y trouvait plus aucun membre de sa lignée. La rage menaça de la consumer, mais elle préféra utiliser ses ressources pour s’implanter de manière pérenne dans la ville et reprendre les travaux de Vladimir. Elle charma un nobliaud qui possédait des terres en Essex, un comté malingre du nom de Wraithwood mais qui possédait des contrées boisées qui n’étaient pas sans rappeler à Elena la Dacie. Ces forêts formaient qui plus est un repaire remarquable pour ses vargheist. Il y en avait un couple qu’elle avait conservé depuis la Valachie, les faisant voyager en cage comme des animaux de compagnie fort prisés.

Depuis son manoir en Essex, elle envoya des agents à Londres pour s’assurer de pouvoir y poser pied en toute tranquillité. Elle finit par s’y rendre elle-même, s’installant dans une demeure qui n’était nulle autre qu’une ancienne Abbaye. Là elle pouvait sans mal jouir des cryptes. Normalement la terre consacrée aurait dû y mettre un mal, mais quelques meurtres et un suicide avaient dépouillé le lieu de son caractère sacré pour le plus grand plaisir d’Elena.

Elle commença à côtoyer plusieurs individus haut placés de la société, devenant la maîtresse de certains et se faisant entretenir par beaucoup. Officiellement elle était une sorte de duchesse slave ou russe qui avait un mari fantoche dans la noblesse anglaise et qui fit quelques émules. Puis arrivé un certain temps, Elena se fit officiellement disparaître. La noble serait retournée vivre ses vieux jours dans le comté d’Essex où elle mourut de vieillesse. Mais Elena était toujours à Londres, dans son abbaye impie et entourée de sa petite cour. Lors de ses expéditions nocturnes il n’était pas rare qu’elle suive certains érudits tels que Charles Darwin qui la fascina par sa théorie de l’évolution des espèces, ou qu’elle hante des musées à la recherche de spécimens d’animaux rares. De préférence des créatures que les humains craignaient mais pour lesquelles elle ressentait une affinité toute particulière. Sa demeure était presque un zoo.

Puis elle se rendit compte que Londres possédait son lot de laissés pour compte. Des hommes et des femmes qui formaient les rebuts de la société et qui avaient désespérément besoin d’un peu de protection. Utilisant ses agents, Elena fit l’acquisition de plusieurs bordels et lupanar. Nombreuses étaient les femmes qui acceptèrent de s’acquitter d’une dîme de sang envers leur nouvelle maîtresse en échange de sa protection. Et de cette façon, Elena possédait de nombreuses oreilles dans la société Londonienne. Elle appliquait là les enseignements de Vezima, se constituant un cheptel d’humains pour se sustenter régulièrement sans que la soif n’ait jamais à prendre le dessus. Quant aux prostituées qui menacèrent de temps à autre de se dresser contre cette femme qui les possédaient, elles connurent un triste destin… Certaines finirent alpyres, d’autres en nourriture pour les animaux de compagnie d’Elena.

Au final, la vampire s’était constituée une position pour le moins confortable à Londres et elle en profita pour se créer une nouvelle identité publique et profiter de ce que la vie mondaine avait à lui offrir. Pour les habitants de Londres, Elena Markova est une riche excentrique qui ne sort quasiment jamais de chez elle et semble nourrir des intérêts peu communs pour une femme. Elle s’assure que personne ne sache ce qu’elle est vraiment bien entendu et elle utilise son influence pour agrandir sa collection d’individus et de monstruosités. L’un de ses désirs étant de contrôler un varghulff comme le fit autrefois Vezima et peut-être de le laisser « pâturer » au milieu des moutons de son comté en Essex. De manière générale, Elena reste principalement aujourd’hui une figure de l’ombre, qui observe avec intérêt la montée de l’industrie et des découvertes scientifiques. Elle n’est pas insensible à la noirceur qui s’installe progressivement sur Londres et qui ne semble pas dû uniquement à sa présence dans la ville. Après tout, elle s’y trouve maintenant depuis suffisamment longtemps pour que la plupart des prostituées de Soho à Whitechapel connaissent les rumeurs de la Dame Noire qui veille sur certaines d’entre elles en échange d’un peu de sang.

Derrière l'écran
Qu'on en sache un peu plus

+ Votre pseudo sur le net : Creepy Crawly
+ Votre age : 25 ans
+ Fréquence de connexion : tous les jours ^^
+ Comment avez vous connu le forum ?  sur PRD !
+ Des questions ?
+ Crédits des images que vous utilisez : je les retravaille moi-même généralement
+ Célébrité utilisée pour l'avatar : Amber Heard


Dernière édition par Elena Markova le Dim 22 Oct - 18:16, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Cerbère
Messages : 350
MessageSujet: Re: Elena Markova - La Dame Noire [Terminé]   Dim 22 Oct - 15:56

Hey ! Bienvenue chez nous ^^

Je viens de lire l'histoire du perso, elle est hyper cool et tellement dans le ton des vampires qu'on voulait voir que j'suis fan aha.
Bon courage pour ce qui restera à remplir pour qu'on te passe au validotron Razz

Et pis ben, si jamais t'as des questions, il faut pas hésiter ! On est là pour ça !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire
Messages : 14
MessageSujet: Re: Elena Markova - La Dame Noire [Terminé]   Dim 22 Oct - 17:59


Merci pour l'accueil !

Je dois dire que quand j'ai vu des vargheists et des varghulff, j'ai pensé Von Carstein et mon petit cœur (flétri) a bondi dans ma poitrine :bat:

Je n'ai pas de question pour le moment, mais qui sait, ça viendra peut-être plus tard ! Twisted Evil Sinon je pense avoir terminé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Loup-Garou
Messages : 120
MessageSujet: Re: Elena Markova - La Dame Noire [Terminé]   Dim 22 Oct - 18:06



Bienvenue par ici !

Bon t'es une méchante vampire, et on est pas du tout destinés à être copains, mais quand même j'espère que tu te plairas avec nous mwhéhéhé.


:lgdance:


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire
Messages : 14
MessageSujet: Re: Elena Markova - La Dame Noire [Terminé]   Dim 22 Oct - 21:12

Merci grand méchant loup !

Je suis sûr qu'on peut trouver des façons amusantes de se détester Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Messages : 120
Localisation : Partout
Humeur : Au beau fixe
MessageSujet: Re: Elena Markova - La Dame Noire [Terminé]   Lun 23 Oct - 17:20

img
Validée !



Et hop, petit passage du validotron !
Le perso est exactement ce qu'on tenait à voir concernant un vampire donc donc donc... ben rien à redire sinon qu'on valide aha !

:banana: :fiesta: 


Quelques petits liens utiles au passage :

Les demandes de Rp se trouvent par ici. N'hésite pas à poster la tienne et à te proposer à celles et ceux qui en postent.

Ton journal de bord se trouve ici. Tu peux poster tout ce que tu souhaites dans cette zone. Ta chronologie, le listing des liens de ton personnage, tes PNJ. Ce sous forum est totalement à toi x) (En cas de doute, il se trouve dans la partie Journaux de bord / Les Créatures / Elena Markova.

• Si tu as besoin que l'on ajoute le  logement de ton personnage n'hésite pas.

• Si tu souhaites participer à l'étoffement du background c'est par ici.

• Venir flooder avec nous c'est par ici. C'est le double effet kiss cool, ça booste un peu les stats du forum et ça permet de se faire des copains.

Voilà voilà. Dans tous les cas, bon jeu par ici ! Wink

Et pis tu sais où aller si tu as des questions à poser hein Razz

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://extenebrislux.forumactif.org
avatar
Samaël
Messages : 224
Localisation : Un peu partout
Humeur : Apocalyptique
MessageSujet: Re: Elena Markova - La Dame Noire [Terminé]   Lun 23 Oct - 18:37

Ah les vampires. Je suis pas peu fier de mon oeuvre quand je vois le danger et le chaos que les descendants de ce bon vieux Caïn engendrent...

Bienvenue ici. Et bravo pour la validation !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Vampire
Messages : 14
MessageSujet: Re: Elena Markova - La Dame Noire [Terminé]   Lun 23 Oct - 19:08

Merci pour la validation ! Very Happy

Et merci pour la bienvenue grand papi Twisted Evil

Que le spectacle commence !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Elena Markova - La Dame Noire [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elena Markova - La Dame Noire [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [CDA n°1] La forêt noire... [Terminé]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Haiti : Se défouler pour oublier la misère...noire
» Arrivée d'un Seigneur ébouriffé et d'une blonde Dame

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ex Tenebris Lux ::  :: Les Personnages :: Fiches validées-
Sauter vers: