Partagez | 
 

 Aedan les Poings d'Acier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Loup-Garou
Messages : 120
MessageSujet: Aedan les Poings d'Acier   Dim 27 Aoû - 15:17

img

Aedan "Poings d'Acier" O'Leary

Once more into the fray
Into the last good fight I'll ever know
Live and die on this day
Live and die on this day
avatar
Identité

Les Bases
+ Nom : O'Leary
+ Prénom : Aedan
+ Date de naissance : 11/05/1836. Il a 41 ans
+ Lieu de naissance : Newcastle
+ Lieu de résidence :  Londres
+ Situation familiale : Veuf
+ Emploi : Gérant du Devil's Bottle - Indic'
Le Loup Garou
+ Date de la Morsure : Il y a quelques mois.
+ Lieu de la Morsure : Londres
Signes Particuliers
Aedan est un véritable colosse qui n'a que très rarement croisé d'individu plus grand que lui. Sa carrure imposante s'ajoute à un regard profond et dur et un visage qui ne laisse peu de place aux doutes concernant sa façon d'agir et de réagir. Il a cette hargne très animale et des airs de fauves. Sa tignasse hirsute et sa barbe accentuent grandement cette impression.
Transformé en Loup-Garou, il est doté des mêmes caractéristiques. Gigantesque même pour ceux de sa race, il a le pelage sombre, la gueule large et une carrure stupéfiante. Un véritable de monstre en muscles et en griffes.
Informations complémentaires
 Il ignore tout de sa malédiction. Il a voulu voir ce que vivent les chasseurs et a pris une infime dose de potion de sang de monstres. Il est persuadé que les effets qu'il ressent y sont liés, ses dons et son amnésie.
Durant les nuits de pleine lune, il se trouve dans les souterrains sous son affaire afin de récéptionner des produits de contrebande raison pour laquelle il ne s'est jamais transformé en présence de quiconque.

Biographie
icon
Quand on porte comme surnom « Poings d'Acier » il y a très peu de chance qu'on soit en réalité un poète. Inutile de le nier, Aedan est du genre impulsif et habitué à cogner vite et fort. Quelques bourres pifs suffisent à calmer le jeu et à régler à peu prés toutes les situations qu'il a pu connaître. Il ne cache pas vraiment son attrait à la violence, principalement parce qu'allié à sa petite réputation il suffit à instaurer le calme et l'ordre dans son pub. Une forme de dissuasions par la puissance qui fonctionne en général. Et ça l'arrange assez. Bien entendu, il n'ira jamais dire que ça ne lui déplait pas de coller des marrons. Il a même tendance à aimer ça, pour être franc. Disons juste qu'il s'est un brin assagi avec le temps et qu'il préfère laisser un semblant de bénéfice du doute avant de transformer un visage en chair à saucisse.

Un poil en retrait, le colosse gère sa petite affaire avec une certaine aisance. Il sait comment fidéliser sa clientèle, comment faire de l'argent et ça se voit. Sa salle est toujours pleine, qu'importe l'heure. Jour comme nuit. Le Devil's Bottle est un coin plein de vie, et relativement sécuritaire quand on évite de croiser le regards des gens qui s'y trouvent. En fait, au milieu des coupes-gorges, il pourrait bien s'agir de l'endroit le plus sûrs qui soient à plusieurs centaines de mètres à la rondes. Dans le Devil's Bottle, personne ne tue personne contrairement aux ruelles. Et Aedan est plutôt fier de ça.
Son établissement ne paye pas de mine, mais il est bien content de l'avoir. Ça lui amène de bons revenus. Ça lui a permis de veiller à ce que sa fille ne manque de rien et c'est tout ce qui importe.
Parlons en de sa fille, d'ailleurs. Elle est aujourd'hui la principale source de pains dans la gueule ici, dans le salle. Une main au cul ? Cassage de dents. Un mot plus haut que l'autre ? Cassage de dents aussi. Personne ne touche à Davan. S'il est relativement rustre avec la plupart des gens, sa fille elle, est toujours traitée comme une véritable princesse.
Oh il n'est pas non plus un père gaga est stupide. Davan a eut droit à une éducation à la O'Leary. Sévère mais parfaitement juste. De quoi en faire une fille bien, tout simplement.  

Parce que oui, à sa manière Aedan est un mec bien. Ceux qui ne le connaissent pas le craignent, et craignent ses crochets surtout. Mais l'Irlandais a des valeurs et une notion du bien et du mal qui cadre avec la logique commune du monde. Il a du respect pour ceux qui aident et qui se dévouent, et il hait ceux qui profitent et qui font souffrir ceux qui ne le méritent pas. Ça s'arrête là, et c'est déjà beaucoup.
Particulièrement loyal, il a ses têtes. Ceux qu'il apprécie ont droit à presque tout. Ceux qu'ils n'apprécient pas peuvent se brosser. Les nuances, c'est pas vraiment son truc.

Plutôt proche des chasseurs de créatures, il aime se rencarder sur ce qui se passe, et rencarder en retour. Il sait que les chasseurs ont mauvaise réputation. Que beaucoup tournent mal et qu'ils vivent une vie de tuerie et de violence. Mais il sait aussi qu'ils sont définitivement un mal nécéssaire. Et il préfère les avoir là, chez lui, que de ne pas les savoir du tout dans les parages.  
icon
HISTOIRE ▬ Ecrivez ici l'histoire de votre personnage en un minimum de 500 mots.
La vie chez les O'Leary de Newcastle, ça a toujours été mouvementé. Partout dans la baraque, ça beuglait. Les gamins étaient bruyants. Les parents aussi. Et si ça peut choquer certains, dites vous juste que c'était purement et simplement vivant. Comme beaucoup d'Irlandais, la famille avait son petit côté exubérant donc. Et les grands classiques archétypaux étaient bien respectés. Le père d'Aedan était un solide gaillard qui travaillait comme docker. Un type brute de décoffrage, avec une vrai gueule de requin, une regard sévère, une conviction religieuse profonde, un foie qu'aucune bouteille de scotch ne pouvait abîmer et un crochet du gauche qui avait foutu des tas des gars au tapis. Ha ça oui, le père O'Leary il savait cogner. Et il lui arrivait souvent de le faire. Il faut dire que son job ne payait pas très bien. Et qu'à la nuit tombée, quand la police ne rode pas, il n'est pas rare de pouvoir parier sur quelques petits combats clandestins. Ou mieux, y participer. C'est plus rentable quand on sait ce qu'on fait.
La patronne elle, était un peu l'inverse. Une jolie frimousse. Des rides au coin des yeux qui laissaient penser qu'elle souriait souvent, une grande gueule comme on en fait peu, et de l'amour à revendre. Une sacrée bonne femme comme on dit là-bas.

Les rejetons eux, sont de la même trempe. Filles comme garçons, des durs à cuirs toujours prêts à faire toutes les conneries du monde, mais pas méchants pour un sou. De manière, il ne valait mieux pas pour eux. Aedan sait ce que c'est d'être élevé à la dure. De l'affection ils en avaient, lui et ses frères et sœurs. Mais quand l'un d'eux s'écartait un peu trop du droit chemin, une bonne torgnole venait les corriger. Bonne méthode ou non ? À vous de voir. L'important c'est qu'Aedan comme le reste de sa fratrie, a appris à lire correctement, a reçu les bons enseignements et les bonnes valeurs. Le reste n'importe pas vraiment.

La vie à la maison étant ce qu'elle était, chacun devait y mettre du sien. Dès qu'ils furent en âge d'aller gratter deux trois sous, chaque rejeton de la famille le faisait. Quand on est six, tout le monde doit s'y mettre, c'est la clé. Et il fallait bien l'admettre ça fonctionnait plutôt bien. Il est rare qu'ils eussent à se contenter d'un gruau infect. En fait, plus d'une fois par semaine ils pouvaient se payer un peu de viande. Les parties grasses, certes, mais de la viande quand même. Ça et les quelques poissons que le père ramenait parfois. Chez O'Leary on mangeait plutôt bien.

De tous, Aedan était sûrement le plus dissipé. Le genre trop impulsif. Le caractère hargneux de sa mère, et une tendance à la violence semblable à celle de son père. S'il était tout frêle dans son plus jeune âge, la nature s'est chargée de corriger le tir. D'abord un peu rondouillard, il s'est très vite retrouvé en fin d'adolescence avec une carrure d'athlète et une certaine attirance pour la distribution de marrons chauds.
Vraie force de la nature, Aedan était le premier qu'on venait trouver quand dans le quartier quelqu'un cherchait à recruter pour un travail de force. Des sollicitations plus que bienvenues. De quoi mettre de côté un joli pécule.

Pécule qu'il mise comme son père le faisait sur les docks, afin de faire fructifier à grand renfort de tartes aux phalanges dans le pif. Ça forge le caractère et ça paye les tournées à la taverne. Parce qu'en bon fêtard qu'il est, Aedan n'est pas le dernier à lever le coude.
C'est comme ça qu'il rencontre Maureen d'ailleurs. La fille du tavernier. Joli brin de fille de son âge. Elle lui plait comme elle plait à tous les gars qui la croisent. Il a juste le bon goût de ne jamais chercher à mettre ses mains où il ne faut pas. Et un mauvais jour, après avoir fait fusionner le visage d'un type avec son repas pour des mains trop baladeuses justement, Maureen et Aedan se perdent dans une relation intense et bienheureuse.

Quelques cassages de gueule plus tard, il se trouve une maison. La suite est logique. Entre ces livraisons de pain dans la gueule et ses petits boulots aux quatre coins de la ville, ils se marient, ils emménagent. Le bouquet final aurait été d'avoir des rejetons à leur tour, mais là le Bon Dieu pas si bon que ça sur le coup, les prive de ce bonheur. Aedan est Irlandais. Maureen l'est aussi. L'entêtement, c'est génétique. Ils retentent, encore et encore. Les échecs et les fausses couches à défaut de devenir des souvenirs horribles se contentent d'être des raisons de plus d'essayer pour réussir. C'est finalement le cas.

Neuf mois plus tard, Davan naissait. Le plus beau jour de la vie du couple, à n'en pas douter. Aedan jure de se ranger réellement. Celui qu'on appelait Aedan le Marteleur dans le milieu des combats clandestins se conforte dans des jobs légaux et parfaitement sains. Même s'ils ont moins d'argent, ça aura le mérite de faire de lui un exemple plus appréciable pour sa fille.
Une année passe, puis une seconde. Et c'est là que les choses commencent à se compliquer. Maureen est malade. De plus en plus malade. Les médecins n'y peuvent rien. Elle est victime d'un mal infectieux et personne ne sait quoi faire. Elle souffre, elle tousse, elle délire, et au prix d'une lutte qui l'aura littéralement ravagée, elle pousse son dernier souffle.

Aedan doit lutter pour contrer ses instincts. Il rêve de bagarre et d'ivresse pour passer sa douleur. Mais il y a Davan. Il ne doit pas devenir ce genre de personne. Il reste quelques mois de plus, avant de perdre patience. Sur un coup de tête, il vend sa maison. Il vend tous les biens qu'ils ont, et il saute dans le premier navire en partance pour Londres. On dit que là bas, ceux qui le peuvent trouver des opportunités. Il faut juste savoir où regarder, et saisir les bonnes mains tendues.

C'est le cas pour lui, semble-t-il. Il répond à une annonce pour travailler avec un vieux dingue dans sa taverne miteuse. Un repère de rôdeurs et de criminels en fuite. C'est pourtant un endroit qui ne lui déplait pas tant que ça. Il y loue une chambre, continuellement. Ça réduit nettement sa paye, mais ça offre un toit à sa fille à qui il enseigne tout lui même. L'école est trop chère ici, mais il n'a pas envie qu'elle finisse sans rien, analphabète à bosser à six ans dans une usine. C'est hors de question.

Après plusieurs mois à bosser dans ce buibui, le vieux proprio finit par casser sa pipe un beau matin. Mort au milieu de la salle. Pas de famille. Pas d'amis proches. Aedan a le bon ton de proposer aux autorités de racheter les lieux pour une bouchée de pain. Personne n'y croit et pourtant lui, il flaire la bonne occasion justement. Tout ça, c'est finalement à lui. Le géant botte quelques culs pour chasser les fauteurs de trouble, même s'ils sont des habitués. Il fait un peu de pub dans les quartiers, et retape l'intérieur. C'est un travail titanesque, mais c'est nécessaire. Au bout de quelques mois, les lieux sont méconnaissables. Ce n'est pas flambant neuf. Ce n'est pas parfaitement décoré, mais c'est propre, chaleureux, fonctionnel, et ça tourne convenablement.

Un soir, un fauteur de trouble qu'il avait mis dehors a tenté de dégrader un façade. Poing d'Acier comme on l'appelait a laissé son affaire sans surveillance et s'est contenté de poursuivre l'idiot d'ivrogne pour lui coller la raclée de sa vie. C'est sur le chemin du retour qu'il fera une rencontre... improbable. Il la prend pour une sorte d'hystérique. Des lunatiques, on en voit des tonnes dans les coupes gorges. Des gens se font étriper régulièrement dans Londres après tout. Et dans Whitechapel tout particulièrement. La chose qui l'attaque n'est pas ce qu'il pense qu'elle est. Des crocs, pas de chaleur corporel. L'apparence est vaguement humaine, mais le comportement et le reste absolument pas.
Inutile de l'avouer, ça lui fout salement les pétoches. Mais Aedan n'est pas du genre à fuir quand il a peur. Il fait ce qu'il sait faire de mieux pour se défendre : il tape.

Il tape comme un sourd, sans s'arrêter. Pendant plusieurs minutes, il donne tout ce qu'il a, réduisant à l'état de bouilli sanguinolente le visage de cette chose qui l'avait attaqué. Il est arrêté dans son massacre par l'intervention d'un homme. Grand, solide, habillé de noir, le visage caché. C'est une alpyre lui avait-il dit. Une alpyre...

L'homme s'avérait être un chasseur. Une sorte de mercenaire dont la vie se résumait à trouver traquer et exterminer des créatures... surnaturelles. Pour le géant, ce genre de sornettes n'étaient bonnes que pour effrayer les gamins, mais force est d'admettre que maintenant qu'il avait vu cette chose, il commençait à douter de son côté terre à terre. La conversation avec le chasseur a continué jusqu'au Devil's Bottle.
Il passe le reste de la nuit à essayer de tirer les vers du nez de ce mystérieux inconnu.

Le Chasseur revint de temps à autre dans les jours à venir, amenant avec lui d'autres individus étranges. Aedan aurait pu s'en inquiéter, mais il avait compris le truc. Les chasseurs ne sont pas toujours aimables, mais ils sont là pour le bien des gens, dans une certaine mesure. En avoir chez lui n'était pas vraiment une mauvaise chose. Sachant que des créatures rôdaient dans Londres, ça le rassurait un peu de savoir que des gens plus compétents que lui étaient dans le coin où Davan se trouvait aussi.

Très vite, le Devil's Bottle est devenu un repère pour pas mal de gens issus de ce monde-là. Quelques magiciens. Des revendeurs de babioles étranges. Quelques charlatans aussi. L'Irlandais n'allait pas s'en plaindre, sa salle était toujours pleine à craquer au point qu'il en arriva à devoir recruter des serveuses.
Ses habitués sont du genre fidèle et loyal. Il suffit d'une tournée offerte de temps à autre pour s'assurer de leur soutien en toute circonstance. Oui... son affaire marchait rudement bien.
Davan devenant adulte, elle bossait aussi en salle et... Aedan fut contraint de montrer les crocs plus d'une fois. Tous les gens ici ne sont pas du genre à toujours bien se tenir avec les serveuses. L'alcool aidant quelques mains se baladent et que ça arrive... ça se solde le plus souvent par une distribution de patates dans le tarin.

Très tenté par le job des Chasseurs, Aedan s'était déjà une ou deux fois aventuré avec l'un d'entre eux. Ou l'une, plus précisément. La Volpe était, à ce qu'il en savait, une sorte de spécialiste de la racaille vampirique. Les autres créatures ne l'intéressaient pas autant que les suceurs de sang. De fait, elle l'avait déjà invité à venir voir à quoi ressemblait le boulot. C'est là qu'il a pu remarquer cette tendance à consommer des drogues étranges. Des potions improbables à base de sang, d'opioïdes et Dieu sait quoi d'autre. Si La Volpe lui a fermement déconseillé de tenter l'expérience, Aedan lui, n'est pas Irlandais pour rien.

S'aidant des quelques types louches de son bar, il a mis la main sur une petite fiole. Décoction de Vargheist lui avait-on dit. Une goutte sur un buvard et... les choses ont mal tourné. Il s'est retrouvé à errer dans les rues. Une goutte. Une simple goutte. La Volpe elle, buvait directement au goulot. Comment un colosse comme lui pouvait finir dans un état pareil ?

Lamentablement perdu, il se retrouva en périphérie de la ville aux frontières boisées très loin au nord. Il n'a aucun souvenir de ce qui a pu lui arriver là-bas. Davan et d'autres filles l'ont trouvé le lendemain ruisselant de fièvre et couvert de sang, une gigantesque marque de morsure au niveau de son bras droit brisé. Une attaque d'ours aurait été moins violente. Le plus incroyable dans tout ça ? C'est que malgré une fièvre de prés de deux semaines, Aedan a vu son bras guérir à une vitesse stupéfiante.  

Quand sa fièvre passe, le géant se découvre une forme olympique. Il met ça sur le compte de l'euphorie de la survie tout simplement. Ses sens plus aiguisés lui font d'abord croire qu'il perd la raison, comme lui avait expliqué la Volpe concernant la prise de substance à base de sang de créature. Il sent les choses. Il a des impressions curieuses concernant les gens. Plus protecteur que jamais, le voilà prêt à prendre des risques plutôt inconsidérés pour des gens qu'il apprécie. Des habitués de son affaire, ou des gens qu'un instinct étrange lui permet de définir comme étant des gens « biens. »

Sachant la Volpe dans le collimateur de la justice du Culte de la lumière, il lui prépare des solutions de repli. Une tunique de serveuse toujours planquée sous le comptoir pour qu'elle se cache, et un accès à la cave à vin, laquelle sert surtout de passage plus ou moins secret vers les égouts et les bas-fonds. C'est par là qu'il fait rentrer la plupart des tonneaux d'alcool qu'il achète clandestinement. Moins cher puisque la clandestinité permet de s'affranchir des frais de douanes et autres taxes injustes.
Ce passage clandestin n'est connu que d'Aedan et des contrebandiers bien entendu. C'est un plan de secours qu'il ne partagera qu'en cas de nécessité. Les livraisons se font en catimini, le plus souvent quand la lune est suffisamment visibles pour permettre aux clandestins de balancer la cargaison au niveau de la buse de la tamise reliée au Devil's Bottle. Personne d'autre qu'Aedan n'ose s'y rendre. On dit que cette partie des bas-fonds abrite un monstre terrible... Une rumeur qui sert beaucoup au gérant du Devil's Bottle.

Depuis l'incident de la potion, l'Irlandais a remarqué qu'il a parfois des amnésies. Comment, pourquoi, il n'en sait rien. La Volpe lui a expliqué que ce genre de poison finissait toujours par tuer ceux qui en prenaient. Aedan ne connait pas grand-chose à ces choses occultes, mais il pense que son état est directement lié à tout ça. Pourquoi les nuits d'oublis sinon ? Et pourquoi se sent-il aussi différent depuis ce jour-là ?

( Il ignore qu'il est un loup-garou. Il est persuadé que sa curiosité et sa prise de potion de sang de monstre sont responsables de son état. Que l'effet perdure et qu'il en ressent encore les bienfaits. Il n'a parlé de ça à personne, évidemment, le tout étant resté entre sa fille, ses serveuses et lui. Il a expliqué qu'il était tombé dans une embuscade de détrousseur pour expliquer son état.
Les livraisons de boissons clandestines se faisant les nuits de pleine lune, Aedan est toujours dans les souterrains quand ses transformations arrivent. C'est d'ailleurs lui qui a involontairement amené cette légende de la bête qui rôde dans les bas-fonds.
)  

Derrière l'écran
Qu'on en sache un peu plus

+ Votre pseudo sur le net : Pau'
+ Votre age : Majeure
+ Fréquence de connexion : Difficile à dire. Plusieurs fois par semaines.
+ Comment avez vous connu le forum ? On m'a donné le lien
+ Des questions ? J'ai déjà envoyé un MP pour la poser et j'ai ma réponse ^^
+ Crédits des images que vous utilisez : Moi même
+ Célébrité utilisée pour l'avatar : Jason Momoa ♥


Dernière édition par Aedan O’Leary le Ven 1 Sep - 17:26, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Cerbère
Messages : 350
MessageSujet: Re: Aedan les Poings d'Acier   Dim 27 Aoû - 15:40

Hey ! Bienvenue chez nous Wink

Si tu as des questions ou autre, nos boîtes MP sont ouvertes ! On est là pour ça ^^

Et puis ben... tout simplement bon courage pour ta fiche !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Samaël
Messages : 224
Localisation : Un peu partout
Humeur : Apocalyptique
MessageSujet: Re: Aedan les Poings d'Acier   Dim 27 Aoû - 16:21

Bienvenue Aedan ! ^^

Bonne chance pour ta fiche :yaha:


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Loup-Garou
Messages : 120
MessageSujet: Re: Aedan les Poings d'Acier   Dim 27 Aoû - 20:16

Merci à vous deux (=

Je relis un peu tout le contexte avant de me mettre à la rédaction de la fiche. :fiesta:



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Asmodée
Messages : 325
Humeur : Démoniaque.
MessageSujet: Re: Aedan les Poings d'Acier   Lun 28 Aoû - 19:11

OUIIIIIIIIIIIIIIII ! Bienvenue et bon courage pour ta fiche ♥


As new dawn rises you shalt recognize now behold the Lord Of Lust
I feel your presence amongst us you cannot hide in the darkness
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Loup-Garou
Messages : 120
MessageSujet: Re: Aedan les Poings d'Acier   Mar 29 Aoû - 13:21

Merci. Je pense pouvoir finir d'ici la fin de la semaine d'ailleurs :fiesta:


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Messages : 120
Localisation : Partout
Humeur : Au beau fixe
MessageSujet: Re: Aedan les Poings d'Acier   Ven 1 Sep - 18:28

img
Validé !



Et te voilà validé, petit louloup Very Happy
J'ai hâte de voir le personnage en jeu.
Tu peux commencer à jouer, faire tes demandes et tout le tralala !

:banana: :fiesta: 

Quelques petits liens utiles au passage :

Les demandes de Rp se trouvent par ici. N'hésite pas à poster la tienne et à te proposer à celles et ceux qui en postent.

Ton journal de bord se trouve ici. Tu peux poster tout ce que tu souhaites dans cette zone. Ta chronologie, le listing des liens de ton personnage, tes PNJ. Ce sous forum est totalement à toi x) (En cas de doute, il se trouve dans la partie Journaux de bord / Les créatures / Aedan O'Leary.

• Si tu as besoin que l'on ajoute le  logement de ton personnage n'hésite pas.

• Si tu souhaites participer à l'étoffement du background c'est par ici.

• Venir flooder avec nous c'est par ici. C'est le double effet kiss cool, ça booste un peu les stats du forum et ça permet de se faire des copains.

Bon jeu à toi.
Si t'as des questions, tu sais comment nous contacter gnihi!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://extenebrislux.forumactif.org
avatar
Loup-Garou
Messages : 120
MessageSujet: Re: Aedan les Poings d'Acier   Ven 1 Sep - 18:37

Yes ! Merci :yaha:



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Aedan les Poings d'Acier   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aedan les Poings d'Acier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gorth poings d'acier
» La crevette d'acier
» Aedan
» Méphisto ou machoire d'acier
» DK et Mantel d'acier ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ex Tenebris Lux ::  :: Les Personnages :: Fiches validées-
Sauter vers: